Guide complet pour installer une VMC simple flux

La présence d’une VMC simple flux veille au renouvellement continu de l’air intérieur, et régule le taux d’humidité pour une occupation des lieux saine et agréable. Dans le cadre de travaux de rénovation ou d’amélioration d’un logement, il est possible de réaliser cette pose soi-même. Comment monter une VMC ? Quelles sont les étapes à respecter ?

Par quoi commencer pour installer une VMC ?

Avant de se lancer dans l’installation d’une VMC, il est essentiel de posséder certaines compétences et un bon niveau de bricolage pour entreprendre les travaux en question. Cela passe par la maîtrise d’outils tels qu’une perceuse ou un perforateur pour aménager les murs et les plafonds. Le travail en hauteur et l’accessibilité au toit sont nécessaires pour intégrer la bouche d’extraction. Quant à la mise en fonctionnement, elle demande un savoir-faire évident pour la manipulation d’installation électrique et le câblage d’une VMC simple flux.

Vérifier la conformité du matériel

Le contrôle du matériel de montage de la VMC et des différents accessoires du système demeure incontournable. En ce qui concerne l’équipement à prévoir, il faut disposer de chaussures et de lunettes de sécurité. Une tenue appropriée, un casque antibruit et des gants de protection sont recommandés. Il ne reste plus qu’à faire l’inventaire des pièces. Chaque modèle comprend généralement les éléments suivants :

  • bouche et groupe d’extraction ;
  • bloc échangeur thermique ;
  • manchettes ;
  • caissons de prise d’air et de répartition ;
  • commutateur ;
  • chapeaux de toiture ;
  • gaines de raccord et colliers de serrage.

À cela s’ajoute le petit outillage, comme des pinces (coupantes, multiprises, à dénuder), tournevis cruciformes et plats, cutter, mètre, ruban adhésif, chevilles et crochets. Pour installer une VMC dans les meilleures conditions, il est important de consulter régulièrement le plan de montage.

Déterminer l’emplacement de la pose pour sa VMC

Où installer une VMC ? Dans la majorité des cas, les entrées d’air se situent dans les pièces principales, comme le salon ou la salle à manger. On les place au-dessus du montant des ouvertures, fenêtres ou portes. Dans ce dernier cas, attention à toujours prévoir un espace sous le battant. En revanche, l’extraction doit se faire depuis les lieux de service, comme la buanderie ou la salle de bains. On pose alors les bouches au niveau du plafond. Pour le groupe d’extraction, il se trouve dans les combles ou sous la charpente de la toiture. On peut envisager de le rehausser ou de le suspendre à l’aide de crochets ou de cordelettes pour éviter toute nuisance sonore.

Les différentes étapes pour installer une VMC simple flux chez soi

L’installation d’une VMC simple flux impose d’autres dispositions. Cela passe par le raccord d’un commutateur de vitesse et la préparation du système d’évacuation avec la découpe éventuelle d’écrans sous toiture ou de voliges en l’absence d’une tuile à douille. De même, le système électrique domestique doit autoriser une tension nominale de 230 V afin de garantir un environnement de travail viable et sécuritaire.

Manchettes et gaines : comment bien aménager ses espaces ?

On commence par la pose des gaines de la VMC simple flux, ainsi que des manchettes. Il faut tout d’abord délimiter les zones de découpe pour insérer les bouches d’extraction. L’usage d’un perforateur ou d’une perceuse permet ensuite de dégager les lieux de pose. À partir des zones percées, il convient de disposer les gaines jusqu’au caisson d’extraction. Attention à éviter les nœuds, les angles aigus et les passages croisés. En prenant en compte la configuration des espaces, le tracé doit être le plus rectiligne et court possible. Il ne reste plus qu’à procéder au raccord des manchettes.

Suspendre le groupe d’extraction

Après avoir déterminé l’emplacement du groupe d’extraction, il convient d’installer la VMC. De nombreux modèles s’accompagnent d’un système de suspension. Comme évoqué précédemment, cela limite les vibrations et les nuisances sonores. Des crochets et des cordelettes sont souvent fournis avec le système. Pour plus de praticité, il est préférable de prévoir des vis et des chevilles pour fixer ces différents éléments aux murs, aux plafonds ou même à la toiture en pente.

Connecter le groupe d’extraction

Puis il faut procéder à son raccord électrique pour sa mise en fonctionnement. Pour cela, n’hésitez pas à vous référer à la notice du constructeur, ainsi qu’au schéma d’installation de la VMC simple flux. Pour des questions de sécurité, ces manipulations sont à effectuer avec l’alimentation coupée. Lors de cette étape, il est essentiel de brancher le câblage des commandes de vitesse et l’alimentation électrique. Enfin, il suffit de connecter les différentes gaines au niveau des entrées et des sorties. En cas d’éléments inusités, des bouchons sont à placer avant de réaliser le dernier raccord avec le conduit d’extraction.

Disposer les bouches d’extraction

Il ne reste plus qu’à réaliser l’installation des bouches de la VMC simple flux. Il est important de prendre en compte leurs spécificités, notamment si elles intègrent une mesure hygrométrique. Cette caractéristique se traduit par la présence d’un système autonome à piles ou d’un câblage électrique. Après leur pose, chaque unité doit être parfaitement étanche. Le montage ne présente aucune difficulté particulière puisque la majorité des bouches d’extraction s’insèrent grâce à un dispositif d’emboîtement. En moyenne, la durée de pose d’une VMC est estimée à quatre heures.

Tester le système pour s’assurer que la VMC simple flux fonctionne correctement

Les premiers tests de fonctionnement passent par le contrôle de la commande de vitesse. Pour cela, il suffit de respecter les étapes suivantes :

  • rétablir l’alimentation électrique ;
  • actionner le commutateur pour réguler le débit d’air ;
  • utiliser le modulateur de vitesse.

Si tout est correctement réalisé, on peut percevoir une variation du bruit du système au niveau des bouches d’extraction ou du groupe lui-même. En cas de dysfonctionnement, il est nécessaire de modifier la vitesse à intervalles réguliers. Si le problème persiste, la vérification des branchements reste la solution la plus simple. Il est également possible de solliciter un expert, comme un électricien pour VMC, pour un diagnostic rapide et une mise en fonctionnement immédiate. À noter que l’emploi d’un appareil dédié au contrôle du débit d’air (dépressiomètre) permet de réaliser des essais exhaustifs sur l’installation.