Tout savoir sur les normes électriques d’habitation

Main tenant une ampule électrique devant des points lumineux

La norme électrique qui est en vigueur lors de la construction de logements neufs, ou durant des rénovations, est la NF C 15-100.

Régulièrement mise à jour, cette norme a pour objectif d’assurer la construction de logements habitables totalement sécurisés d’un point de vue électrique, tout en s’adaptant aux contraintes actuelles et aux nouveaux modes de consommation.

Avant de se lancer dans l’installation d’un réseau électrique, quelques vérifications s’imposent donc. Prises de courants, circuits, compteur électrique… Tous ces éléments ne doivent pas être installés au hasard !

Zoom sur les points principaux de cette norme :

Quelles sont les normes électriques pour l’éclairage ?

L’éclairage, c’est la première chose à laquelle on pense lorsqu’il est temps de procéder à son installation électrique. Selon leur fonction et leur aménagement, les pièces d’un logement ne seront pas équipées de la même façon : il est donc essentiel d’avoir une vue d’ensemble et de rester logique lorsque l’on procède à une installation électrique.

En effet, les prises doivent par exemple être placées de la façon la plus pratique possible, de même que les interrupteurs ! Mais l’aspect pratique ne doit pas pour autant prendre le pas sur la sécurité et le respect des normes.

Les points d’éclairage

Selon la norme NF C 15-100, le salon, la cuisine et la chambre doivent comporter au moins un point d’éclairage central, équipé d’un « Dispositif de Connexion Luminaire » (DCL), une sorte de socle en plastique. C’est-à-dire qu’il n’est pas obligatoire d’installer une lumière au plafond, mais que la structure pour la recevoir doit, elle, bien être en place.

Dans la salle de bain, le point d’éclairage doit être équipé pour résister aux projections d’eau.

Pour les autres pièces du logement, la norme électrique d’habitation impose, au choix, un point lumineux central avec DCL ou une applique murale avec elle aussi un socle DCL.

Enfin, chaque entrée de l’habitation doit comporter un point d’éclairage extérieur.

Main passant par l'ouverture d'une porte pour allumer un interrupteur
Source : GettyImages

Les interrupteurs

Selon la norme électrique en vigueur, chaque pièce doit être équipée d’un interrupteur au moins, placé près de son entrée. Celui-ci devra se trouver à une hauteur de sol comprise en 0,90 et 1,30 m.

Les circuits d’éclairage

Le nombre de points lumineux par disjoncteur est lui aussi défini par la norme C15-100. En effet, un circuit d’éclairage, protégé par un disjoncteur 10 A, ne doit pas compter plus de 8 points lumineux.

Ainsi, lorsque l’on veut installer plus de 8 points d’éclairage, il faut prévoir plusieurs circuits ! Sachant qu’un logement doit en posséder deux au minimum ; un seulement s’il s’agit d’un studio.

Femme assise dans un fauteuil blanc avec un chauffage électrique derrière elle
Source : GettyImages

Que change la NF C 15-100 pour le circuit de chauffage ?

Si vous possédez un chauffage électrique, sa mise en place elle aussi est soumise à quelques conditions.

Disjoncteur et circuit de chauffage

Vos appareils de chauffage doivent posséder un circuit qui leur est spécifique. Ce dernier devra être protégé par un disjoncteur, dont l’intensité maximale dépendra de la puissance totale en watt des appareils. Il faudra ainsi utiliser :

  • Un disjoncteur de 16 A pour des appareils de chauffage dont la puissance totale vaut 3500 W ;
  • Un disjoncteur de 32 A pour 7250 W de puissance totale.

Que sont la RT 2012 et la RT 2020 ?

RT signifie réglementation thermique. Si jusqu’à présent celle qui était en vigueur était la RT 2012, c’est bientôt la RT 2020 qu’il faudra respecter (dès fin 2020 pour les logements privés neufs et depuis 2018 pour les bâtiments publics).

Cette réglementation implique une transition de la maison passive au logement BEPOS : la première produit autant d’énergie qu’elle en consomme, tandis qu’un « Bâtiment à Énergie Positive », le fameux BEPOS donc, produit plus d’énergie qu’il n’en a besoin.

La RT 2012 impliquait de surveiller sa consommation de chauffage au moyen d’un compteur, afin d’ajuster son thermostat au mieux et consommer le moins possible. Avec la RT 2020, cet objectif de mieux consommer et de façon plus responsable sera donc d’autant plus accru !

Personne en train de brancher une prise électrique
Source : GettyImages

Quelles sont les règles à respecter lors de la pose de prises électriques ?

Une bonne gestion du circuit électrique domestique est avant toute chose une question de sécurité, mais également de bon sens : rien de plus énervant en effet qu’une maison ne possédant pas assez de prises électriques ou uniquement à des endroits très peu pratiques !

Quantités de prises par pièce

La règlementation électrique impose un nombre minimum de prises électriques par pièce de la maison :

CUISINE

  • 3 prises dans une cuisine de moins de 4 m;
  • 6 prises dans une cuisine de plus de 4 m2, dont 4 au-dessus du plan de travail ;
  • Si une prise pour la hotte est nécessaire, elle devra être à plus d’1,80 m du sol.

SALON

  • 5 prises réparties dans toute la pièce si le salon fait moins de 28 m;
  • 7 prises si le salon fait plus de 28 m;
  • 2 prises à proximité des prises RJ 45.

CHAMBRE

  • 3 prises au minimum.

AUTRES PIÈCES (plus de 4 m2)

  • 1 prise.

Prises électriques et circuit

La quantité de prises à raccorder à votre circuit dépendra de la puissance maximale du disjoncteur.

Ainsi, on pourra mettre 8 prises au maximum sur un circuit dont le disjoncteur est de 16 A, tandis que l’on pourra monter jusqu’à 12 prises pour un disjoncteur de 20 A.

Parent tenant les mains de son enfant dans les siennes et une maison en bois en jouet
Source : GettyImages

En quoi la NF C 15-100 est-elle plus sécuritaire ?

La NF C 15-100 est avant tout une norme de sécurité électrique, destinée à protéger les équipements d’un logement et surtout ses occupants !

Les interrupteurs différentiels

Ce sont eux qui surveillent le bon fonctionnement des circuits. Il est donc nécessaire :

  • D’installer 2 interrupteurs différentiels de 30 mA par circuit ;
  • De limiter le nombre de circuits par interrupteur différentiel à 8 ;
  • De choisir des interrupteurs différentiels de type A pour des circuits liés à des plaques de cuisson ou à un lave-linge, et de type AC ou A pour les autres circuits.

Le parafoudre

Son installation est obligatoire dans les cas suivants :

  • Lorsque le logement est dans une zone AQ2 (zone exposée au risque de foudre) ;
  • Quand la maison est équipée d’un paratonnerre.

De manière générale, son installation est fortement recommandée pour des raisons évidentes de sécurité !

Compteur électrique coloré avec plein de connections électriques
Source : Unsplash

Qu’est-ce que la Gaine Technique de Logement (GTL) ?

La NF C 15-100 change aussi les normes du disjoncteur et du tableau électrique. Zoom sur la GTL, la « Gaine Technique de Logement », qui regroupe tous ces équipements !

GTL : les composants

Votre GTL devra se situer à l’intérieur de votre logement ou dans un local à proximité, comme un garage. Elle se compose :

  • Du tableau électrique, avec interrupteurs et disjoncteurs ;
  • Du coffret de communication, où se trouvent les arrivées internet, téléphone et tv ;
  • Et du disjoncteur abonné, qui coupe le courant de la maison entière.

Les normes du tableau électrique et des autres composants du GTL imposent des hauteurs spécifiques d’installation :

  • Les manettes des disjoncteurs des circuits électriques doivent être à 0,50 m pour un coffret sans porte et entre 0,90 et 1,80 m pour un coffret avec porte ;
  • Les prises de communication seront, elles, entre 0,05 et 1,80 m ;
  • La manette du disjoncteur abonné doit se situer à une hauteur de sol comprise entre 0,05 et 1,80 m.

ETEL et GTL : les dimensions imposées

Avec la NF C 15-100 est arrivée l’ETEL : il s’agit du volume destiné à recevoir la GTL, c’est donc « l’Espace Technique Électrique du Logement ».

Les dimensions de l’ETEL sont de 60 cm de largeur au minimum et 25 cm de profondeur.

La disposition de la GTL peut se faire de trois façons :

  • Du sol au plafond, avec l’arrivée du courant par le bas et le départ des circuits par le haut (ou l’inverse) ;
  • Ou la GTL peut partir du sol et s’arrêter avant le plafond, donc comporter une arrivée du courant et un départ des circuits en bas ;
  • La GTL peut aussi partir du plafond et s’arrêter avant le sol, donc être équipée d’une arrivée du courant et d’un départ des circuits en haut.

Notez également que vous devez laisser de la place sur votre tableau électrique pour d’autres disjoncteurs, dans le cas où vous voudriez ajouter plus tard de nouveaux équipements électriques chez vous. Comptez donc 20% d’emplacements laissés vacants.

Femme activant ses volets roulants électriques blancs
Source : GettyImages

Comment installer des volants roulants en respectant la NF C 15-100 ?

Lorsque vient le moment de mettre son électricité aux normes, aucun équipement ne doit être laissé de côté. Les volets électriques par exemple : combien de volets roulants mettre par disjoncteur ? Faut-il un circuit spécifique ? Autant de questions qu’il est essentiel de se poser.

Les volets roulants doivent en effet bien être reliés à un circuit spécial, relié à un disjoncteur de 16 ou 20 A (selon l’épaisseur des fils).

Il est toutefois conseillé de créer deux circuits pour ses volets : ainsi, en cas de problème sur l’un des circuits, il est tout de même possible d’ouvrir la moitié des volets et de ne pas rester dans le noir toute la journée !

Ampoule dessinée au crayon sur du papier blanc
Source : GettyImages

Qu’est-ce qu’une attestation de conformité électrique ?

Lorsque vous faites installer ou rénover votre installation électrique, vous devez faire inspecter cette dernière par un professionnel qui pourra alors vous remettre votre certificat de conformité. Ce document vous sera indispensable pour être raccordé au réseau électrique public.

Consuel : définition

Il s’agit du « Comité National pour la Sécurité des Usagers de l’Électricité », une organisation s’occupant de vérifier l’état de votre réseau électrique. Par association d’idée on appelle donc le certificat qu’elle délivre « Consuel » ou « Consuel électrique ».

Les 4 types d’attestations

Selon le type de logement inspecté, le certificat remis ne sera pas le même. Il existe ainsi quatre couleurs d’attestation :

  • Jaune

L’attestation qui concerne les particuliers et les logements, celle qui est le plus couramment délivrée.

  • Bleue

Uniquement pour les logements produisant de l’électricité au moyen de panneaux photovoltaïques ou d’une éolienne.

  • Verte

Lorsque le bâtiment n’est pas destiné à un usage domestique. Il peut donc s’agir d’une entreprise, d’un commerce, d’un bâtiment public, d’un local d’association…

  • Violette

Cette attestation-ci est dans la continuité de la bleue : en plus de produire de l’énergie, il est aussi nécessaire de la stocker.

Comment obtenir son Consuel électrique ?

L’électricien en charge de votre installation peut s’occuper d’en faire la demande pour vous, mais il est également possible de se rendre directement sur le site de l’organisme Consuel.

Il vous faudra alors sélectionner le bon formulaire et régler la somme demandée. Comptez environ :

  • 120 € pour un certificat jaune
  • 170 € pour un bleu
  • 70 € pour un vert
  • 200 € pour un violet

Sachant que ces sommes varient selon qui fait la demande du formulaire. Un nouveau professionnel du secteur électrique effectuant une demande papier ne paiera ainsi pas la même somme qu’un particulier ayant demandé un certificat au format électronique.

Combien de temps faut-il pour obtenir son Consuel ?

Comptez en moyenne 20 jours pour obtenir une visite de contrôle Consuel, auxquels vous devez ajouter le temps de mise en service nécessaire à votre fournisseur d’électricité.

Un temps qui peut être considérablement rallongé si la visite permet de mettre en lumière des défauts dans votre installation électrique : il vous faudra alors procéder à des réparations et demander une nouvelle visite !

Voilà pourquoi il est essentiel d’effectuer toutes ces démarches tôt, afin d’éviter de se retrouver sans électricité lorsque vient le moment d’aménager dans son nouveau logement !

*

Que vous vous lanciez dans une rénovation de bâtiment ou que vous songiez à faire construire votre nouveau chez vous, le respect des normes électriques est vital. Ces dernières garantissent l’installation d’un système électrique fiable et sécuritaire, qui ne risque pas d’abîmer les appareils qui y sont raccordés ou de provoquer un accident !

Un problème dans le réseau électrique peut en effet causer bien pire qu’une petite coupure de courant… Les incendies d’origine électrique sont ainsi le plus souvent dus à une surcharge du réseau ou à des fuites de courant, qui pourraient pourtant être évitées avec une installation aux normes comprenant des interrupteurs différentiels.

Articles relatifs